Battants sur le toit

Peintures en bâtiment et peintures sans tuiles, poésies par la fenêtre et proses sur le toit, les deux pouvant se retrouver en faisant école... buissonnière, musiques de chambre et de cour, fenêtres ouvertes sur toutes les portées... danses sur le fil

31 décembre 2007

Les éventails de Manolo Valdès

Quelques traits comme dessinés au compas et cet éventail ouvert comme un livre justement, sur une page de l'histoire de la peinture réécrite, le détail d'un tableau que nous pouvons identifier au premier coup d'oeil. Klein, Fernand Léger, Matisse,... sont tous logés là dans cette figure, désobjectivée ou réobjectivée ? La ligne se veut courbe, et les courbes se recoupent en des points stratégiques visant à donner de l'épaisseur à ce qui est plat. L'éventail mord sur le noir buste et "prend le pas" sur le visage... [Lire la suite]
Posté par inulation à 01:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 décembre 2007

Sur la tranche du livre le vent cogne et s'acharne les mots attisés se dispersent choses éparses chairs retournées la jarre sera recollée avant la nuit
Posté par inulation à 23:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 décembre 2007

Galileo Bonnes fêtes à tous un grand merci à Galileo pour cette photo festive.
Posté par inulation à 15:33 - Commentaires [3] - Permalien [#]
22 décembre 2007

made in google

tout va à l'en vers Compiled 12/22/2007  12:13:11 AM GMT k - - - Ou en tous cas qui s'en pere nous arrivions en vue de l’Ile elle- biref, tout va pour le mieour, si uriosité du prédiée comporte notamment poetique.net/archipel_fr/ institutle bas. news.caradisiac.com/Ou- va -l-indun=11&Pg/wiki/ Vers _une_nouve pavots; ceonnementsGraphiques.FluxBox - 2ose Chercher si ce ma tou va bien.typepad.Italie, un homme se distinguait par tousa donc de soi que pour être significatives ces . Tout va toujours bien et ilsh Web Web... [Lire la suite]
Posté par inulation à 00:35 - Commentaires [3] - Permalien [#]
19 décembre 2007

Pensée au vent

Certains autreurs ont ce "talent" de nous faire entendre le silence dont ils se sont nourris, qui s'est glissé en eux, et surtout si ce silence leur tenait lieu de peau, silence des oragnes aussi quand le corps a disparu derrière une vitre brisée, là les mots prennent corps quand celui de l'auteur est un pain sorti des glaces, arme frugale sur le flou du chemin. Alors les mots plus familiers que la main se désaltèrent avec "cette piquette mouillée et sucrée".
Posté par inulation à 23:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 décembre 2007

ça me plaît!

http://education.france5.fr/miro/01vie/index.html : laissez vous guider
Posté par inulation à 02:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
05 décembre 2007

...

L'un à côté de l'autre allongés de part et d'autre de sa nuit chacun poursuivant quelque rêve débordé par l'indice scintillant de leurs lèvres assurées du baiser de leur ombre
Posté par inulation à 03:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
05 décembre 2007

Béjart : une grande aventure

Je reviendrais sur Béjart que j'aurais volontiers rejoint lorsqu'il créa sa première troupe à Bruxelles. Il fut le premier à bousculer la grammaire classique. On a pu lui reprocher d'avoir touché au formalisme de la danse classique qui, il faut bien le reconnaître, se récitait elle-même, et semblait s'essoufler dans son récitatif. Sur ses créations, il y a beaucoup à dire, et toutes les critiques ne sont pas infondées. Je ne suis pas certaine de vouloir ouvrir le dossier. Je salue le maestro.
Posté par inulation à 03:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]