Battants sur le toit

Peintures en bâtiment et peintures sans tuiles, poésies par la fenêtre et proses sur le toit, les deux pouvant se retrouver en faisant école... buissonnière, musiques de chambre et de cour, fenêtres ouvertes sur toutes les portées... danses sur le fil

14 mars 2008

Cave, sous-sol, grenier, le noir y recèle de trésors, le noir y est trésor. Tapiès
Posté par inulation à 00:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 février 2008

Noire variation

Le noir que sait-il, sait-il qu'il faut en rester là, qu'il faut apprendre à se tenir bien droit dans cette lumière qui le fait vivre, noir déserté par la parole de chair, immobile dans le grand pourquoi des choses quand le destin a disparu derrière lui, laissant des douleurs projetées contre la première paroi dans la noire contemplation des silhouettes à contre-histoire, le noir est d'autorité, un simple morceau de craie ne saurait incliner le sens de la narration, s'il est présent au premier acte, il n'aura de cesse de conquérir les... [Lire la suite]
Posté par inulation à 01:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 janvier 2008

Bleu

A gauche du ciel, une fenêtre bleue. Les persiennes se renvoient dos à dos l'âpreté du monde. Mais il y a ce bleu qui occupe la fenêtre comme la paupière de l'infini. Le peintre retient l'oeil orageux sur sa palette en feu. A gauche du ciel, les becs grossiers ont noirci le tableau. Pour sceller ce bleu, il le marie à d'autres et il les fait danser au-dessus de sa tête.
Posté par inulation à 16:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 janvier 2008

Bleu

La mer, dentellière aux griffes acérées, égratigne son bleu de travail, mais le bleu boit du bleu et lèche les rivages, rien ni personne ne parviendra à fissurer sa mémoire. La dentellière s'acharne et se tue à la tache. Mer d'huile ne connaît pas le cauchemar des nuits blanches, les vagues iront rêver ailleurs leur part de jeu. Quelques fois, la mémoire s'agrippe aux récifs, cela saigne un peu dans les artères bleues, les récits de marins remontent à la surface comme un miroir d'écumes qui veut faire une farce. 
Posté par inulation à 15:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
19 janvier 2008

Sous nos pieds

az
Posté par inulation à 13:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 janvier 2008

Pliures

az
Posté par inulation à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 janvier 2008

gris gris

Gris Gris masse, gris à plat tristement aigris, gris du trop boire, gris taché d'un gris arriéré, gris barbouillé de débris de gris rejetés par un vent plus vieux, gris de cordage gorgé de sel saupoudrant un gris ponton aux lattes craquelées, gris miroir de la mémoire qui fléchit, gris en aplomb d'une carrière de granite, gris vestibule encombré de particules écrasant la matière, gris occultant d'une occulte soutane, frères gris aux paroles dégrisantes, gris de l'indifférence, gris de la tempérance inerte, gris de l'indicible... [Lire la suite]
Posté par inulation à 01:08 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
26 octobre 2007

Histoire à dormir debout

- Alors ? Qu'avez-vous rêvé ? - Je me souviens d'un groupe d'ébouriffés qui vivaient en rollers. C'est tellement loufoque, quand j'y pense. On allait manger dans un bistrot après avoir suivi nos cours dans un amphi bondé, toujours les rollers aux pieds. Non vraiment, cette histoire ne tient pas debout... Et d'ailleurs je voulais vous parler d'autre chose. - Ne vous égarez pas, restez sur vos rollers. - Mais je n'ai jamais su me tenir sur des roues. - Ben voilà! Vous y êtes! - Ah, vous croyez????
Posté par inulation à 21:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2007

Sur le bord du passé, une tranche d'oubli, la tranche qui est restée au bout de la ruelle falsifiée par le temps elle ne franchira pas la fente du parloir où parfois s'engouffrent tous les vieux rêves fichus qu'on n'ose plus pleurerelle finira par fondre comme une motte de beurre Au bord de l'oubli, une tranche de passé au bout de cette tranche la ficelle du temps un vieux reste falsifié ne franchira pas la fente du parloir où l'on ose pleurertoutes ces mottes de rêves qu'on engouffrecomme du... [Lire la suite]
Posté par inulation à 23:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juillet 2007

Sérendipicité

En titrant poème dada, il y a peu, je ne pensais pas à Tristan Tzara, mais certains moteurs de recherches font parfois des associations dada, preuve en est : Chanson dada I la chanson d'un dadaïstequi avait dada au coeurfatiguait trop son moteurqui avait dada au coeur l'ascenseur portait un roilourd fragile autonomeil coupa son grand bras droitl'envoya au pape à rome c'est pourquoil'ascenseurn'avait plus dada au coeur mangez du chocolatlavez votre cerveaudadadadabuvez de l'eau II la chanson d'un dadaïstequi... [Lire la suite]
Posté par inulation à 18:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]