Battants sur le toit

Peintures en bâtiment et peintures sans tuiles, poésies par la fenêtre et proses sur le toit, les deux pouvant se retrouver en faisant école... buissonnière, musiques de chambre et de cour, fenêtres ouvertes sur toutes les portées... danses sur le fil

13 mai 2008

Fati, fable, dire l'ineffable ou comment instaurer confiance

S'il m'en souvient, je me suis longemps battue avec le paradoxe selon lequel le langage n'était jamais plus utile que lorsque justement il ne servait à rien, ne visait ni ne concevait rien de ce que nous désignons comme la réalité. Parler quand le langage excède l'usage d'un corps, et qu'à se montrer superflu ne serait-ce pas l'indispensable décence par quoi l'homme se distingue, le seul capable à envelopper son inscience... Le soupçon pèse sur les rhéteurs, les sophistes ou les dialecticiens qui sont tout autant de beaux parleurs... [Lire la suite]
Posté par inulation à 18:23 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

03 novembre 2007

Regards en regard

Il y a des regards qui épaississent le silence, des regards de suie et de fusain, des regards qui osent se porter hauts et traversent les signes et détroussent le sens, des regards qui taisent ce qu'ils voient, faute de persévérer dans l'assiduité du voir, des regards qui imitent l'absence déposant des couleurs là où les mots manquent.
Posté par inulation à 23:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
20 juillet 2007

Vision/visibilité

Selon les dires de Dali : "Rembrandt était aveugle". Si c'était le cas :  comment a-t-il compensé cette cécité, est on en droit de se demander ? Et Dali de  poursuivre : "Il avait un troisième oeil". On pourrait penser de la part de Dali à une manière de boutade, du tout : cette hypothèse a fait l'objet d'un long développement lors d'une conférence qui s'est tenue sur les terres du maître des ombres. En voici les propos : "Personne n'a remarqué qu'un des thèmes de Rembrandt, traité de façon quasi... [Lire la suite]
Posté par inulation à 16:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
24 juin 2007

La tache II

La tache est-elle avatar ? Ce qui demeure quand il en reste plus rien, cet accident qui fait signe et sens en direction d’une œuvre dont on ne saura jamais ce qu’elle fut. Elle incarne le mystère, le secret mystère qu’aucune reconstitution aussi précise et exacte soit-elle ne saura nous restituer. C’est être désobligeant à l’égard de ce grand ouvrier qu’est le Temps que de vouloir remettre en état éclats par éclats, morceaux par morceaux, ce vers quoi les choses se destinent naturellement. La tache est la promesse d’une liberté de... [Lire la suite]
Posté par inulation à 15:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 juin 2007

La tache Part. I

Si l’on regarde les murs souillés de nombre de taches, ou parsemés de pierres multicolores, avec l'idée d'imaginer quelque scène, on y verra l'analogie avec des paysages au décor de montagnes, de rivières, de rochers, d’ arbres, de plaines ou de larges vallées et collines de toutes sortes. Cette idée pour moderne qu’elle paraisse au premier abord, nous semble très rapidement stupide. Pourquoi cette idée serait-elle particulièrement moderne ? Les hommes n'avaient-ils jamais pensé jusqu'à nous, à perdre leurs pensées dans les formes... [Lire la suite]
Posté par inulation à 23:04 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
26 mai 2007

Au bord

Ecrire au bord du langage en chatouillant sa périphérie, déraciner les mots et bousculer la syntaxe s'éloigner un temps de ce vaste continent déjà peuplé de beautés dont il faut se soustraire pour que le charme ne fasse pas l'effet d'un tranquilisant préférer pourquoi pas des chardons violents, des orties stimulantes se mettre à table après avoir court-circuité les formules en inflation si le mot ne vient pas : l'inventerle tétard grandira la collision de certains mots peut produire une belle éteincelle ... [Lire la suite]
Posté par inulation à 01:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mai 2007

Dilatons nos esprits

C'est une véritable conversion de la pensée qu'opère Chrétien le bien nommé, poète et professeur à la Sorbonne. Jean-Louis Chrétien travaille dans l'humilité du temps, dans un retrait où sa pensée continue de cheminer ­à revers de la philosophie contemporaine, éprouvée et essoufflée par les concepts d'angoisse, de rupture, de déréliction. La joie occupe la scène de sa pensée, le philosophe a travaillé à en faire une tonalité dominante de l'existence. Son dernier ouvrage épaissit les précédents en bousculant encore davantage... [Lire la suite]
Posté par inulation à 00:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 février 2007

De Chirico : rue dans intérieur

La mélancolie et le mystère de la rue figurent dans l'intérieur métaphysique aux biscuits...
Posté par inulation à 21:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]