Battants sur le toit

Peintures en bâtiment et peintures sans tuiles, poésies par la fenêtre et proses sur le toit, les deux pouvant se retrouver en faisant école... buissonnière, musiques de chambre et de cour, fenêtres ouvertes sur toutes les portées... danses sur le fil

13 mai 2008

Agitateur d'idées pour... le meilleur

On fabule l'Histoire, au point de se demander ce qu'il en fut des événements, le mot événement faisant lui-même problème... Si vous voulez un son juste, et non pas un son de cloche, je vous invite à lire le blog de P.P. Le Moqueur. Pour ma part, j'étais ravie de lire ce texte sur Camille Claudel et Paul, c'est ici : http://pplemoqueur.blogspot.com/2008/05/camille-claudel-paul-claudel-le-gnie.html
Posté par inulation à 19:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 mai 2008

Mordez fort!

On se sent partir pour un oui pour un non pour un oui mal placé, césure qui nous engage à notre corps défendant on ne sait si le non annulera ce oui précipité qui tourne à la grimace oui mais non, pas du tout et tout compte fait, ces trois lettres pèsent de tout leur poids de bronze, des enclumes jetées par dessus pont et vous, en rade, au milieu de nullepart, reconsidérant la chose, si votre oui est un oui : mordez fort! A celui qui m'a réappris le oui, "mordez fort!"
Posté par inulation à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juillet 2007

Vieira avec vos mots

Une nef flotte au-dessus du sol, la lumière la traverse de part en part, il neige à l'intérieur du tableau , des faisceaux de lignes se ramifient vers cette cathédrale que l'on aperçoit au loin, on touche au spectral, comme si la toile était l'oeuvre d'une longue insomnie ou d'une rêverie de vitrail.
Posté par inulation à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 mai 2007

S'enrouler dans une rengaine

S'enrouler dans une rengaine S'en dérouler 7 secondes avec le soleil Se prendre les yeux dans des mots qui scandent le désir rêvé de l'autre le désir répété d'être avec le soleil 7 secondes pas une de plus pour que les mots ne s'endorment pas se réveillent à autre chose 7 secondes après dans les mots de Cobra il suffit de se rendre ici
Posté par inulation à 14:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2007

Hier...

Etant donné que nous avons gratté au silence nous avons reçu des mains de pierre Etant donné que nous avons soufflé sur l'humidité nous avons mangé le corps de la terre ce qui gronde derrière la paroi fossiles imbriqués à la glaise Nous avons harcelé la boue de nos doigts couru le long des veines d'ombre à quelques mètres sous prière Nous avons "remonté" des cageots de rêves des cageots gonflés par un désir d'hier
Posté par inulation à 19:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
15 février 2007

Charles Bukowski and Allen Ginsberg

My Father (from "Septuagenarian Stew" 1994)  was a truly amazing manhe pretended to bericheven though we lived on beans and mush and weenieswhen we sat down to eat, he said,"not everybody can eat like this." and because he wanted to be rich or because he actuallythought he was richhe always voted Republicanand he voted for Hoover against Rooseveltand he lostand then he voted for Alf Landon against Rooseveltand he lost againsaying, "I don't know what this world is coming to,now we've got that god... [Lire la suite]
Posté par inulation à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 février 2007

A l'attention de Cobra : M-M

"J'ai passé bien plus d'une soirée assis à regarder des vieillards manger leur dernier repas un oeil sur le dessert et l'autre sur la rubrique nécrologique."
Posté par inulation à 19:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
26 janvier 2007

Quelques lunaires croissants de Magritte

A l'attention de Mohamed (Kitab)
Posté par inulation à 00:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
25 janvier 2007

Singular voice

Because of the weight of a suffering life, Gaddis wrote his last pages as a long agony, Because he turned out the time to come back one his text, again and again He wrote in a singular voice between Bernhard' s mortal litanies and Beckett's crepuscular sentences again and again as "they" were according to say later on Because there is no more resulting after mecanization of arts, nore redemption for the artist...  He walked one has broken lines, letting long silence in bread, again... [Lire la suite]
Posté par inulation à 23:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2007

Marc Hortemel traduit Bukowski....

CHARLES BUKOWSKIVidéo envoyée par zmerliamel Extrait de la Lettre adressée à Douglas Blazek parue dans Correspondance (1958-1994), Editions Grasset 2005, traduite de l’américain par Marc Hortemel dont les peintures sont à voir sur son blog (dans mes liens) Je remercie le site : black-sparrow, qui a mis en ligne toutes ces informations ainsi que cet extrait de lettre porté par la voix de Denis Mallet pour Close Combat.« Les empoisonneurs de chiens sont légion. Ils font leur coup en douce et se font rarement prendre.... [Lire la suite]
Posté par inulation à 14:41 - - Commentaires [5] - Permalien [#]