Battants sur le toit

Peintures en bâtiment et peintures sans tuiles, poésies par la fenêtre et proses sur le toit, les deux pouvant se retrouver en faisant école... buissonnière, musiques de chambre et de cour, fenêtres ouvertes sur toutes les portées... danses sur le fil

09 juillet 2007

"Ping Pong is love"

AZ
Posté par inulation à 13:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

04 mars 2007

Un homme, un lieu

Une silouhette court vers sa lumière le pavé serre le village comme un frisson sur cette colline colonisée par des souterrains vivent des galeries immenses des sculptures monumentales il n'a pas toujours été établi là  contre ces parois sauvages hérissées par la pelleteuse une parole sans artifice s'articule à la matière de son espoir une méditation sur le corps de la pierre sur le temps qui passe et ne passe pas
Posté par inulation à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2007

Blue Monk

Posté par inulation à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 janvier 2007

A l'attention de CobRa

Recueil sans titre pour poèmes titrés, Gérard Locklin "Microbe résistant" aime Gérard Locklin et Charles Bukowski... ce qu'en dit Le Matricule des Anges, numéro de Décembre 2001-février 2002,texte de Pierre Hild "En marge de l'édition industrielle, Microbe transmet la parole d'écrivains se méfiant de toute raison sociale. Une voie pour d'autres voix, sans prétention. Les éditions Microbe publient de petits opuscules, photocopiés, agrafés, protégés d'un calque. Sous la responsabilité d'Éric Dejaeger et de... [Lire la suite]
Posté par inulation à 19:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 janvier 2007

Il y a un siècle...

Il y a un siècle, déjà, Alfred Jarry nous faussait compagnie, il avait 34 ans : il n'a pas été fauché par une bicyclette, ne s'est pas noyé dans l'absinthe ou n'a pas usé de son revolver (sauf une fois sur un miroir de la Closerie des Lilas qui dérangeait les commodités de la conversation, conversation qu'il venait d'engager avec une jeune femme : il s'est contenté de tirer sur le miroir pour commencer "à causer".) A l'époque, on mourrait encore de tuberculose et beacoup d'écrivains ont connu la vie des et dans les... [Lire la suite]
Posté par inulation à 19:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 septembre 2006

Ceci n'est pas une oblitération...

D.R. Photo que je dédicace à Marie qui m'a fait le présent d'un poème que seul ce beau ténébreux aurait pu interpréter...
Posté par inulation à 03:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]