Battants sur le toit

Peintures en bâtiment et peintures sans tuiles, poésies par la fenêtre et proses sur le toit, les deux pouvant se retrouver en faisant école... buissonnière, musiques de chambre et de cour, fenêtres ouvertes sur toutes les portées... danses sur le fil

13 mai 2008

Fati, fable, dire l'ineffable ou comment instaurer confiance

S'il m'en souvient, je me suis longemps battue avec le paradoxe selon lequel le langage n'était jamais plus utile que lorsque justement il ne servait à rien, ne visait ni ne concevait rien de ce que nous désignons comme la réalité. Parler quand le langage excède l'usage d'un corps, et qu'à se montrer superflu ne serait-ce pas l'indispensable décence par quoi l'homme se distingue, le seul capable à envelopper son inscience... Le soupçon pèse sur les rhéteurs, les sophistes ou les dialecticiens qui sont tout autant de beaux parleurs... [Lire la suite]
Posté par inulation à 18:23 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

12 mai 2008

Femmes dans les villes du Sud

Posté par inulation à 17:16 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
11 mai 2008

Olivier Bernex : tourmente et catharsis

La galerie BaltHazaR de Dona Levy expose les peintures d'Olivier BERNEX du 21 Juin au 10 juillet 2008 Vernissage Samedi 21 Juin à partir de 18 h 5, rue du Château La Garde Freinet ouvert de 11h à 13h  et  de 18h à 20H du mardi au dimanche matin  04 94 43 66 06 / 06 18 99 34 90 LES VENUS DE BERNEX : Ce ne sont pas de ces pluies qui caressent le visage, mais le fouettent, l'éclaboussent de bleus tendres ou plus durs, des coups... [Lire la suite]
Posté par inulation à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mai 2008

Comment la pensée ajuste (sans jeu de mots)

Pour tous ceux qui auraient manqué l'excellente note de lecture de Florence Trocmé sur Poézibao à propos du texte d'Yves Bonnefoy : "Sur ce qui alarma Paul Celan". Florence Trocmé s'interroge, prend appui sur l'interrogation-même d'Yves Bonnefoy, comme en surplomb, sur l'incompréhensible et accusation et culpabilité de Paul Celan comme plagiaire et le tour que prit cette "affaire" dans le contexte que l'on sait. C'est ici : http://poezibao.typepad.com/poezibao/2007/09/ce-qui-alarma-p.html
Posté par inulation à 09:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
10 mai 2008

Matmata II

dunes de chaux vive collées les unes aux autres blanc manteau d'une architecture de bosses et de creux une porte horizontale que l'on soulève sur la fraîcheur d'une vie
Posté par inulation à 13:32 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
10 mai 2008

Mordez fort!

On se sent partir pour un oui pour un non pour un oui mal placé, césure qui nous engage à notre corps défendant on ne sait si le non annulera ce oui précipité qui tourne à la grimace oui mais non, pas du tout et tout compte fait, ces trois lettres pèsent de tout leur poids de bronze, des enclumes jetées par dessus pont et vous, en rade, au milieu de nullepart, reconsidérant la chose, si votre oui est un oui : mordez fort! A celui qui m'a réappris le oui, "mordez fort!"
Posté par inulation à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mai 2008

Matmata

Posté par inulation à 00:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
04 mai 2008

Touaregs

On voudrait les retenir en-deçà un en-deçà qui n'a pas plus de réalité pour eux qu'un mur de pierres arrêter la course de l'éternité qui est leur temps le thé qu'ils s'accordent à boire à petites gorgées le temps qui coulent dans leurs veines nés dans l'éphémère et de l'ouvrage du vent ils sont le savoir de la trace, de l'empreinte, de la caresse du vent sur le sol dérobé à toute prise
Posté par inulation à 11:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
03 mai 2008

Clic clac

EXPOSITION 5X5envoyé par kaikdjian
Posté par inulation à 13:15 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
03 mai 2008

Il ya 50 ans... Rouault

Le noir de Rouault est une couleur qui déroute la couleur, des couleurs souvent pures de tout mélange, ses bleus nocturnes comme ses blancs anémiés ou ses cris de rouge. Les couleurs, il les distribue "sauvages", elles ne sont pas déposées mais jetées à la hâte, volontairement maladroites comme s’il fallait se battre contre ce qui pourrait figer. Rouault ose mais son audace n'a d'égale que sa foi. Noir dehors sa propension à circuler partout à faire frissonner la feuille endeuillée par le choix des sujets, noir à... [Lire la suite]
Posté par inulation à 12:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]