Battants sur le toit

Peintures en bâtiment et peintures sans tuiles, poésies par la fenêtre et proses sur le toit, les deux pouvant se retrouver en faisant école... buissonnière, musiques de chambre et de cour, fenêtres ouvertes sur toutes les portées... danses sur le fil

15 janvier 2008

Bleu

Bleu C'est à se demander si le bleu n'est pas un leurre, les peintres le savent (pas toujours) : le ciel est rose. Inventé tardivement, le bleu est savant, on ne le ramasse pas dans les fougères. Rareté oblige :  on le pare de lettres de noblesse. Il fait la réputation des vitraux, accueille la lumière extérieure et celle du Grand Dehors, on s'y recueille avec la piété qu'elle inspire, et l'on veut croire que sa présence est double. Descartes avait dû y toucher Il se fait persan sous nos pieds paysans, points de soie noués par... [Lire la suite]
Posté par inulation à 18:55 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

15 janvier 2008

Exposition à voir

Une affiche reste une affiche et ne donne pas toujours toute la mesure du travail de l'artiste, je vous invite à vous rendre sur le blog de Philippe Kaïkdjan dans mes liens, vous y découvrirez de belles pièces, des toiles où le corps est suggéré avec beaucoup de finesse, des sculptures qui épousent les noeuds qui disent la vie du bois, cette exposition sera "composite". des montages où le dessin rencontre la photo. Rajout ce mardi Les bois de Philippe Les corps enchevêtrés D'autres... [Lire la suite]
Posté par inulation à 00:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 janvier 2008

gris gris

Gris Gris masse, gris à plat tristement aigris, gris du trop boire, gris taché d'un gris arriéré, gris barbouillé de débris de gris rejetés par un vent plus vieux, gris de cordage gorgé de sel saupoudrant un gris ponton aux lattes craquelées, gris miroir de la mémoire qui fléchit, gris en aplomb d'une carrière de granite, gris vestibule encombré de particules écrasant la matière, gris occultant d'une occulte soutane, frères gris aux paroles dégrisantes, gris de l'indifférence, gris de la tempérance inerte, gris de l'indicible... [Lire la suite]
Posté par inulation à 01:08 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
13 janvier 2008

copyright : P. Brame par dessus l'épaule des insomnies fronce le tissu du temps dans le bâillement des plis le sens s'affaisse et s'affaiblit
Posté par inulation à 14:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 janvier 2008

Par dessus l'épaule des insomnies fronce le tissu du temps dans le bâillement des plis le sens s'affaisse et s'affaiblit
Posté par inulation à 23:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 janvier 2008

A presque main levée

az
Posté par inulation à 18:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 janvier 2008

Frago pour les intimes Part I

http://www.culturespaces.com/Bande_annonce/fragonard.html Libre, libertin ou libertaire ? Ce qui frappe chez ce peintre affranchi de l'Académie, c'est cette fraîcheur doublée d'une incroyable virtuosité. Ces deux qualités réunies sont souvent prometteuses quand, au contraire, la seule virtuosité tend à agacer. Rappel historique : Très tôt François Boucher découvre chez le jeune Fragonard des aptitudes exceptionnelles qui lui valent de remporter le concours de Rome en 1752. Il restera en Italie trois ans, années décisives si... [Lire la suite]
Posté par inulation à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 janvier 2008

Marché d'ailleurs

az
Posté par inulation à 06:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
12 janvier 2008

Fête d'étable grimpant jusqu'à toi les mains attristées de jour de non moisson il restera la paille sauvage à ton haleine confondue
Posté par inulation à 06:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 janvier 2008

Un peu de rouge

Il n'y a de rouges que déclaratifs, souvent péremptoires, qui, en certaines occasions, flirtent avec l'outrage. Assurés de leur autorité hiérarchique écrasante, ils ont le don de nous bouffer le paysage, voire de le faire suffoquer. Aussi est-il préférable d'en user avec parcimonie, sauf à s'appeler Soutine ou se réclamer des fauves. Les Espagnols et les Italiens l'ont adulé jusque sur leurs murs et le rouge de Naples a encore de beaux jours devant soi. Son emprise est si considérable qu'il n'est guère que le noir pour lui donner... [Lire la suite]
Posté par inulation à 23:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]