Battants sur le toit

Peintures en bâtiment et peintures sans tuiles, poésies par la fenêtre et proses sur le toit, les deux pouvant se retrouver en faisant école... buissonnière, musiques de chambre et de cour, fenêtres ouvertes sur toutes les portées... danses sur le fil

13 novembre 2007

Pour Kaïkan

La lumière en dépôt dans un coin du regard, quelques mots ploient dans l'épaisseur du noir, une musique s'étire dans les bras du silence l'ennui s'est ramassé dans le creux de l'espoirailleurs, tendre et seul comme une sereine bougie un corps veille sur lui et lui rend sa lumière
Posté par inulation à 00:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

03 novembre 2007

Regards en regard

Il y a des regards qui épaississent le silence, des regards de suie et de fusain, des regards qui osent se porter hauts et traversent les signes et détroussent le sens, des regards qui taisent ce qu'ils voient, faute de persévérer dans l'assiduité du voir, des regards qui imitent l'absence déposant des couleurs là où les mots manquent.
Posté par inulation à 23:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
28 octobre 2007

Nu, 170x130, huile

Posté par inulation à 14:57 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
26 octobre 2007

Histoire à dormir debout

- Alors ? Qu'avez-vous rêvé ? - Je me souviens d'un groupe d'ébouriffés qui vivaient en rollers. C'est tellement loufoque, quand j'y pense. On allait manger dans un bistrot après avoir suivi nos cours dans un amphi bondé, toujours les rollers aux pieds. Non vraiment, cette histoire ne tient pas debout... Et d'ailleurs je voulais vous parler d'autre chose. - Ne vous égarez pas, restez sur vos rollers. - Mais je n'ai jamais su me tenir sur des roues. - Ben voilà! Vous y êtes! - Ah, vous croyez????
Posté par inulation à 21:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2007

Courbet au Grand Palais

Gustave Courbet (1819-1877) est au Grand Palais. La polémique (vaine) autour de la prétendue lourdeur de sa peinture : exaltation de chairs opulentes, surcharge de la matière-couleur, n'a plus cours depuis longtemps. La question est ailleurs car Rubens, pour ne citer que lui, nous avait déjà habitués aux rondeurs soulignées de ses nus, à cette explosion de délicatesse et de sensualité. La critique en réalité porte davantage sur la maturité de ces nus marqués par le passage du temps, l'effroi que peut provoquer la vérité toute nue du... [Lire la suite]
Posté par inulation à 14:47 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
23 octobre 2007

Posté par inulation à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 octobre 2007

Un atelier peuplé de Solitudes

Frêles figures tenues d'un bloc par la seule tige de métal qui leur tient lieu de colonne vertébrale, un fil supportant tout le poids de matières en concrétion, inclinées comme si elles s'étaient mises en marche, ou étaient sur le point de, se dressant à rebours de la linéarité, leurs têtes absorbées par l'orbite de l'oeil, leurs proportions hors-mesure les rend à la fois proches et lointaines, femmes-déesses, elles partagent la solitude de l'espace, à moins que ce ne soit elles qui "fabriquent" l'espace de leur solitude, un... [Lire la suite]
Posté par inulation à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 octobre 2007

Sur les encres de Michaux

Encre de Chine sur papier d'Indochine, vers 1958, 37,5 x 47,5 cm A lire : http://www.erudit.org/revue/tce/2002/v/n68/008252ar.pdf
Posté par inulation à 16:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 octobre 2007

L'atelier d'Alberto à Beaubourg (Part I)

Né en 1901, Giacometti quitte sa région natale des Grisons à 21 ans pour Paris, soit un an après la mort de l'ami, celui qui l'avait accompagné à Venise, qui restera doublement asssociée à l'extase de la découverte des grands maîtres de L'ancienne République (Tintoret, Giotto,... relire son Journal) et à la brutalité de la perte d'un être cher. De cette perte, il ne se remet pas, de cette perte, il ne s'autorisera à vivre que dans le provisoire, dans la précarité, comme si une menace pesait à chaque instant sur l'existence. Cette... [Lire la suite]
Posté par inulation à 02:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 octobre 2007

Michaux

Processions de signes, pattes grouillantes sur la page prenant part à d'étranges activités, fébriles, travaillant dans l'ombre d'un empire silencieux, déjouant les pièges de l'inconsistance, le heurt de la blancheur, ces créatures aux identités mouvantes et nomades assoiffées d'espace, essaim de têtes crochues aux mille antennes, forant un sol absent ? La page n'est pas un sol. L'espace ne leur est pas donné. Il est une quête douloureuse. Chaque déplacement est une aventure au bord du chaos. L'harmonie est-elle à ce prix? ... [Lire la suite]
Posté par inulation à 20:24 - - Commentaires [7] - Permalien [#]