Battants sur le toit

Peintures en bâtiment et peintures sans tuiles, poésies par la fenêtre et proses sur le toit, les deux pouvant se retrouver en faisant école... buissonnière, musiques de chambre et de cour, fenêtres ouvertes sur toutes les portées... danses sur le fil

02 juin 2007

la figue

Une minuscule tige retient ses poches glabres indurées par la chaleur au revers de ces outres tapissées d'algues érectiles, une vulve soyeuse et charnue granulée de pigments  est le secret d'un amour entre une énergie des plus viriles et la grâce d'une virginité céleste une fleur faite de textures aussi opposées que l'épaisseur de l'enveloppe dissimule ironiquement le périssable désir d'une bouche qui goûte à l'interdit
Posté par inulation à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 janvier 2007

Marie strikes again with her Polésies

Un croissant de lune is smiling Topping the white fur of the trees Naked branches dans leurs dentelles Are dancing in its gloomy light Birds are quiet. They always are at night. Only the shinny eyed can hear Here and by The frowning of feathers The jump of bugs under the wings. It’s because their echo is deaf I mean, those who can’t here hear. Or just merely see. Anyway, what’s the point for shinny eyes? in the daylight, everyone is blind. Copyright : Marie Rennard
Posté par inulation à 21:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
15 janvier 2007

Les lumières blanches de Pissaro

DR Après la déclaration de guerre entre la France et la Prusse, Camille Pissaro quitte son atelier de Louveciennes, il y revient en 1872 : ses toiles ont été détruites et le lieu dévasté, il ne songe pas à se réinstaller ailleurs, c'est ici qu'il veut être pour peindre cette nature qu'il avait laissée . Il avait à cette époque-là déjà pris ses distances avec L'atelier de son maître Corot et l'école de Barbizon, déterminé à ne peindre que la lumière, les lumières ; celles de ses hivers sont les plus somptueuses, les plus riches en... [Lire la suite]
Posté par inulation à 21:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
07 janvier 2007

Aquarelle

Aquarelle, Mouvements, janvier 2007, AZ les corps sont voraces en mouvements la ligne les enveloppe et les avale le dessin ne suit que le trajet des ombres mouillées une salive ocre se répand en pluie féconde des éclats de taches ont été jetées là où la feuille marouflée a encore soif des puits égrainés dans la blancheur
Posté par inulation à 03:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
31 décembre 2006

Aquarelle et encre de chine

AZ
Posté par inulation à 19:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 décembre 2006

Marc Hortemel strikes again

Marc Hortemel strikes again : un combat vient d'avoir lieu là sur la toile où se réalisent d'étranges métamorphoses, des pointes trouent l'"espace", étendue nuageuse hétérogène qui saigne par "endroit", dans ce conflit sans relâche, les corps ne s'imitent plus, ne se ressemblent plus, un semblant de tête a poussé dans le trajet du cou, un cou que l'on suppose et qui n'appartient à personne, des spectres s'agitent pour un improbable combat qu'il faut dénoncer comme ce qui pourrait le seul réel, le nôtre,... [Lire la suite]
Posté par inulation à 02:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 décembre 2006

Collage7 : trois toiles

Copyright : AZ des couleurs de corps rythment la nuit de près se sont des taches blotties dans la franchise de la lune l'aube attendra encore un peu pour écrire ses mots gris il fait beau sur les rouges de l'insomnie
Posté par inulation à 03:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 décembre 2006

“Il faut se retirer dans l’ombre des voiles..."

Une pâte épaisse à la texture rugueuse, et ce poids énorme de la matière qui se mesure à l’effort qu’ont les formes à s'extraire de l’obscurité qui envahit le tableau. Le chromatisme s'autorise de tous les noirs, depuis les bleus durs, aux bruns foncés, seul un discret tracé de rouge est toléré. Quatre bouteilles surgissent de l’obscurité, comme si elles avaient été conçues ex nihilo. Derrière les épaisses couches de peinture, des bouteilles endeuillées se confondent avec le « fond » obstinément noir. Les formes émergent... [Lire la suite]
Posté par inulation à 01:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 décembre 2006

Encre

Corps vers l'éclaircie
Posté par inulation à 06:22 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
01 décembre 2006

Manolo Valdés hier...

la Dona s'est déshabillée, les arcs du noir royal sont tombés : les bras ourlent les seins, le ventre, les bras, les épaules encore prises dans un manteau d'encre, des bras étreignent le corps qui se déroule du sommeil du roi ; il fait encore noir sur la Dona,  à l'intérieur de ce noir qui recule, le corps avance ; il fait de plus en plus corps dans la nuit de la Dona qui s'approche depuis que le noir s'éloigne dans les couleurs de l'histoire.
Posté par inulation à 01:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]